Les Histoires du confinement : L’Amoureux

L’Amoureux en confinement

Aujourd’hui pas trop la forme, alors j’ai tiré la carte qui pouvait représenter mon état d’esprit du moment. Je ne suis même pas étonnée de découvrir l’Amoureux.

Je suis en pleine réflexion, de choix à faire, de décision à prendre… Il faut vraiment que je me décide.

Le Maroc

Voilà je vous explique, au Maroc et comme beaucoup d’autres pays semblables à celui-ci,  nous avons du personnel de maison. Oui je sais pour certains cela peut paraître prétentieux. Mais je suis à l’aise avec ça.

Nombreuses sont les personnes qui n’ont pas eu la chance de faire des études, de se former à un métier. Donc le travail à domicile est une manière de subvenir aux besoins de la famille pour beaucoup de mères de familles, de sœurs, de filles… Les familles s’entraident et c’est très bien. Chez nous ce sont essentiellement des femmes qui sont femmes de ménage, cuisinières, nounou.

Les mecs eux seront plus gardiens, chauffeurs (s’ils ont pu avoir leur permis), coursiers, laveurs de voitures …

Le personnel de maison

J’ai toujours pensé, avec beaucoup d’humilité, qu’il n’y avait pas de sots métiers. Aujourd’hui le personnel est relativement bien payé, en rapport au niveau de vie au Maroc. En tout cas pour le personnel de maison.

Pour ceux et celles qui travaillent dans un domicile, chauffeur, gardien, femme de ménage etc… ils ne sont pas déclarés. C’est ce que nous appelons les travailleurs du secteur informel. Cependant ils sont nourris et des fois logés aussi.

Prendre une décision

… j’en reviens à mon histoire, j’ai donc une femme de ménage qui est une journalière. En somme elle vient tous les jours le matin et repart dans l’après-midi. Elle se charge du ménage et de la cuisine (lorsque ce n’est pas moi qui prépare le repas… bien sûr que ça m’arrive !!!  je cuisine même très bien quand je veux).

Smiley cuisinière

Sauf que depuis l’annonce du confinement, je lui ai donné le choix entre s’installer chez moi (j’ai mis la chambre d’amis à sa disposition) pour le temps que ça prendra ou devoir arrêter de travailler, puisqu’il sera impossible de circuler. Du reste pour des questions de sécurité sanitaire, et pour tous nous protéger, il était hors de question qu’elle vienne et reparte tous les jours comme avant.

Comme avant !?!!! Je crois bien que c’est une notion qu’il faudra bien oublier.

Une limite à ne pas franchir

Apres seulement deux semaines de confinement, elle n’en fait plus qu’à sa tête. Je lui fais bien comprendre que dehors tout a changé. Qu’elle a bien de la chance d’avoir pu conserver son emploi et qu’elle ne manque de rien. Ce qui est loin d’être le cas de plusieurs millions de personnes.

Et cela devient pesant pour nous à la maison. Je me suis emportée sur elle aujourd’hui. Au point que j’ai presque envie de la renvoyer. Difficile de maintenir le respect entre l’employeur et l’employé. Pourtant il n’en reste pas moins qu’il y a une limite à ne pas franchir. Je maintiens que c’est très important.

Un choix difficile

Et c’est là que je retrouve ma carte de L’Amoureux … la carte du choix à faire. Mais un choix pas facile en vérité sous divers aspects.

Si je la renvoie, elle devra rentrer chez elle dans sa petite chambre précaire. Elle se retrouvera seule, et sans doute avec beaucoup moins de confort et de moyens. Et pour être honnête jusqu’au bout de mon raisonnement, j’ai aussi pensé à notre confort à la maison. Et il est bien utile d’avoir quelqu’un qui aide aux taches ménagères journalières.

Résultat, j’ai pris la décision de lui expliquer ce qui se passerait si elle rentrait chez elle. Que ce foutu confinement allait probablement durer longtemps, mais que la décision lui revenait à elle.

Un recadrage a été nécessaire, qu’elle n’était pas en vacance et qu’ensuite je ne pouvais tolérer le manque de respect. Que si nous devions vivre sous le même toit encore un certain temps alors il y a des règles à respecter pour que la cohabitation se passe dans les meilleures conditions.

A croire que ma carte de l’Amoureux est tombée à point nommé.

Ma leçon du jour a été de garder la tête bien froide. De ne pas prendre de décision à la hâte. J’avoue que mon mari m’y a aidé. Je m’emporte très facilement.  Mais aussi d’établir des règles de comportements applicables par tous. Difficiles de faire le bon choix dans des conditions pareilles. Nous vivons une période complètement inédite. Tout est nouveau, il faut se réadapter et apprendre à vivre autrement.

Bonne journée à tous et surtout prenez bien soin de vous … la vie est précieuse.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :